"Method and device for recovering in liquid form the water present in the atmosphere in vapor form"
brevet déposé en 1988 par Roger RIPPERT

retour aux données sur l'état de l'art concernant les collecteurs de rosée;

Ce dispositif permet d'extraire l'humidité contenue dans l'air atmosphérique, en utilisant seulement la différence de température entre deux plaques, différence de température induite par une différence dans les capacités d'absorption/émission de ces deux plaques.

Ce dispositif fonctionne selon le cycle suivant :

1) L'échangeur de chaleur 1 rayonne sa chaleur à travers la chambre 2 vers le radiateur 3. Ce faisant, l'échangeur de chaleur 1 a tendance à se refroidir et le radiateur 3 a tendance à s'échauffer

2) En conséquences, l'air en contact avec l'échangeur de chaleur 1 a tendance à se refroidir, et l'air en contact avec le radiateur 3 a tendance à se réchauffer. Ce qui provoque une circulation de l'air

3) Ainsi, l'air entre dans le dispositif par l'ouverture 4, circule le long de l'échangeur de chaleur où il est refroidi, puis circule le long du radiateur 3 où il est réchauffé, avant de sortir par l'ouverture 5. Cette circulation se fait naturellement par le jeu des gradients de température, l'air froid ayant tendance à descendre, et l'air chaud ayant tendance à descendre

4) Au fond du dispositif se trouve un condensateur 6, constitué d'une masse de fibres hygroscopiques, situé à l'endroit où l'air est le plus froid, et où donc la vapeur d'eau va avoir tendance à se condenser préférentiellement

5) Sous le condensateur se trouve un entonnoir 7, utilisé pour recueillir l'eau condensée

6) L'ensemble du dispositif est entouré de matériaux isolants 8, pour que l'air en cours de refroidissement ne soit pas réchauffé par l'environnement extérieur.

Remarques :

1) L'échangeur de chaleur 1 est constitué, pour la surface en contact avec la chambre 2, d'une plaque d'aluminium recouverte d'une fine couche d'aluminium oxydé : ce revêtement ayant la particulier d'être fortement réfléchissant aux rayonnements infrarouges, tout en étant un relativement bon émetteur de rayonnement infrarouges. Ainsi cette surface a naturellement tendance à se refroidir. La surface en contact avec l'air est constituée d'aluminium ayant été plongé dans un bain de KMnO4 et HgSO4, ce qui lui procure de bonnes qualité d'absorption de la chaleur

2) L'échangeur de chaleur 1 a une forme concave, qui permet de focaliser les rayonnements vers le radiateur 3 , et qui permet aussi d'avoir une surface plus importante que celle du radiateur 3. Ce qui favorise l'échauffement du radiateur 3

3) Le grand intérêt de ce dispositif est de fonctionner jour et nuit, quel que soit le temps ou l'emplacement du dispositif. Le dispositif se contente en effet, vis-à-vis de son environnement extérieur, de prendre de l'air ambiant et de le rendre après avoir récupéré une partie de son humidité ; avec juste une différence de température due au respect des principes de la thermodynamique. La condensation de vapeur d'eau n'est par exemple pas neutre au point de vue thermique

4) Le principal inconvénient de ce dispositif réside probablement dans le rendement et le dimensionnement de ce dispositif : l'inventeur ne précise pas dans son brevet la hauteur de l'échangeur de chaleur, ni le rendement d'eau obtenue. Il est donc probable que ces données ne sont pas très bonnes.

retour aux données sur l'état de l'art concernant les collecteurs de rosée;